Georges Aperghis

Hyun-Hwa Cho

Play all audio recordings
Née en 1977 à Séoul, Corée du Sud, Hyun-Hwa Cho entreprends d'abord le parcours d'interprète, poursuivant sa scolarité dans une école d'art où elle étudie le piano et elle devient lauréate de plusieurs concours nationaux.
Pendant plus de quinze ans, elle joue comme pianiste et organiste pour les services religieux qui influencent profondément ses compositions mêlées à sa culture asiatique. Sa participation de pianiste à de nombreuses créations développent son intérêt pour la musique contemporaine.
Après ses études à l'université de Séoul, elle vient à Paris et obtient le 1er prix d'orchestration à l'unanimité au CNSMDP (2003) chez Michèle Reverdy, ainsi que le premier prix, le prix d'excellence(2005-2006) et le prix de perfectionnement(2007) en orgue au CRR de Rueil-Malmaison auprès de François-Henri Houbart. Elle est actuellement organiste pour la communauté coréenne à l'église des billettes à Paris.
Initiée la musique électronique par Luis Naon, Tom Mays, Yann Geslin et Yan Maresz au CNSMDP, elle présente sa première pièce électroacoustique (sélectionnée au concours de Bourges) au Festival Futura (2007) et aux journées de la musique électronique (2007, CNSM de Lyon). En 2007-2009, elle se développe son savoir électronique pendant les Cursus I, II à l'IRCAM, enfin elle complète sa formation par le 1er prix en composition à l'unanimité au CNSM en 2010.
Sa pièce Vox Humana est jouée au Festival Agora (2009 et 2010) puis reprise dans les Festivals d’art numérique suivants : Festival Nemo (Paris) et le Festival Elektra (Montréal).
A l’occasion du Festival Champs Libres (Strasbourg) en 2010, elle fait jouer sa pièce Karma-Trauma, commande d’Etat, pour percussion, électronique et danse traditionnelle coréenne.
Elle est sélectionnée à l'Atelier électronique dans le cadre des de Ferienkurse de Darmstadt (2010).
Sukhi Kang, Emmanuel Nunes et Stefano Gervasoni, ses trois professeurs l'ont profondément influencée. Dans son travail de composition, elle recherche la spiritualité dans le matérialisme.