BabelScores

Michèle Reverdy

Née à Alexandrie le 12 Décembre 1943, Michèle Reverdy fait ses études musicales au Conservatoire de Paris. Elle y fréquente les classes d’Olivier Messiaen et de Claude Ballif, et y obtient ses premiers prix de contrepoint, d’analyse et de composition.
Entre 1979 et 1981, elle est pensionnaire à la Casa de Velazquez de Madrid. Depuis 1983, elle est professeur d’analyse et d’orchestration au Conservatoire de Paris.
En 1993, elle est compositeur en résidence au Conservatoire de Strasbourg et invitée du Festival Musica dans la même ville.
En 1995, la SACEM lui remet son grand prix de la musique symphonique pour l’ensemble de son œuvre.
Productrice à Radio France de 1978 à 1992, Michèle Reverdy est également l’auteur de deux livres sur Olivier Messiaen.
Elle a composé pour de nombreuses formations de chambre – instruments solistes, duos, trios, quatuor à cordes, quintette à vent, etc…-, pour la voix –Sept Enluminures sur des textes de Serge Poliakoff, Nouvelles du monde après sur un poème de Christian Doumet, Le Nom sur le bout de la langue en collaboration avec Pascal Quignard-, pour des ensembles vocaux – Trois Fantaisies de Gaspard de la Nuit sur des poèmes d’Aloysius Bertrand, En la Noche dichosa sur douze poèmes de Saint Jean de la Croix, Propos Félins sur un texte de sa fille Anne Reverdy, - pour orchestre de chambre - Concerto pour Orchestre créé par l’Ensemble Inter Contemporain et repris avec succès en 2002 à San Francisco –, pour grand orchestre – Le Cercle du vent commande de la Fondation Gulbenkian, Lac de Lune créé en 2004 par l’Orchestre National de Radio France sous la direction de Kurt Masur-, et s’est également illustrée dans le genre de l’opéra, avec Le Château d’après Kafka, La Haute Note Jaune (vie et mort de Vincent van Gogh) sur un livret de Michel Siret-Gille, Le Précepteur - commande de Hans Werner Henze pour la Biennale de Munich – d’après Lenz, Le Fusil de Chasse d’après Inoué, et Médée d’après Christa Wolf, créé à l’Opéra de Lyon dans une mise en scène de Raoul Ruiz, en 2003.
www.michelereverdy.com