Afin de lire les conducteurs à l’intégralité,
abonnez-vous à la bibliothèque en ligne
preview1_8446.200904.101337
preview2_8446.200904.101337
preview3_8446.200904.101337
Aucune image n'a été trouvée Archivo 2

Confabulation 1.7

pour flûte, clarinette, piano, violon et violoncelle

9,50 €
Version papier (+14,80 € impression et livraison ). Colissimo5-11 days aprox.
Version numérique (+0,00 €) à télécharger
Chez BabelScores, quand vous achetez une partition, vous pouvez ensuite contacter directement le compositeur ici même !
Caractéristiques
Region
Europe
Estimated Duration
6 - 10min
Date
2009

ISMN : 979-0-2325-4854-8

Notes sur cette pièce
Ajouter à une playlist
« En s’inclinant devant le fait que tous les phénomènes sont dépourvus d’existence intrinsèque, on évite l’écueil de l’absolutisme et on prend conscience de l’inanité de tous les phénomènes. »1

La recherche scientifique à propos de la cognition et l’esprit est une source d’inspiration et une référence pour ma réflexion sur l’acte de composition. Deux notions propres à dite recherche ont une influence particulière sur mon travail. D’une part, la notion d’autopoïése, d’autre part la notion d’émergence. Toutes les deux sont des notions liées au modèle de la cognition proposé par Varela et Maturana2 . Dans ce modèle, la connaissance est un phénomène émergeant de l’interaction entre deux ou plusieurs êtres autonomes, capables d’auto-organisation à tous niveaux y compris au niveau le plus primaire, soit le niveau biologique. On peut donc se permettre la possibilité d’une métaphore du vivant : mouvement, rencontre, échange, mimesis, rupture.... débordement. Le contenant dépassé par son contenu, celui-ci devenant à son tour contenant voué à être lui-même dépassé. Ce paradoxe est celui de la vie naturelle et de la vie courante et il est donc présent naturellement dans la musique. Mon projet vise à explorer cette tension entre le finement structuré et l’émergence d’une matière sonore conçue dans une optique de prévoyance globale. Le phénomène sonore est énergie, mais pas d’énergie sans excitation. Il y a l’excitation de l’air, la friction, puis la manière d’agir, d’incarner cette excitation, le geste et toute la chaîne des relations comprises dans ce jeu, dans toute sa complexité. Dans ce sens, on peut concevoir une stratégie finement structurée pour induire une perturbation dans un milieu : une manière de plonger dans un univers sonore avec une torche sensible elle même aux perturbations induites par tant d’autres facteurs de coexistence. D’où ce titre, qui fait référence à un délire indexé.

1HOPKINS, Jeffrey, Meditation on Emptiness, Londres, Wisdom Publications, 1983, p. 168. Cité par VARELA, THOMPSON et ROSCH dans L’inscription corporelle de l’ésprit.

2 À ce sujet voir : VARELA, Francisco, THOMPSON, Evan, ROSCH, Eleanor, L’inscription corporelle de l’ésprit. Sciences cognitives et expérience humaine, Paris, Éditions du Seuil, 1993 ; voir aussi : VARELA, Francisco, MATURANA, Humberto, L’arbre de la connaissance, Paris, Vuibert, 1994.
Instrumentation
Flute
Clarinet
Piano
Violin
Cello
Recording
TM+
Score Details
Format - A4 / US Letter
Pages - 50


Customers Who Viewed This Piece Also Viewed: