Joshua Fineberg

Play all audio recordings

Dès son plus jeune âge, Joshua Fineberg étudie le violon puis la guitare, le piano, le clavecin et la direction d’orchestre. Il entre ensuite au Conservatoire de Peabody à Baltimore dans la classe de Morris Moshe Cotel, où il obtient le premier prix du Concours de composition de la Virginia Carty de Lillo. À Paris, il étudie auprès de Tristan Murail et suit le cursus de composition et d’informatique musicale de l’Ircam. De retour aux États-Unis, il achève en 1999 un doctorat en composition musicale à la Columbia University à New York. Depuis 2015 il partage son temps entre Berlin et Boston.

Influencé par le courant spectral, Joshua Fineberg prolonge les recherches de Gérard Grisey et de Tristan Murail en utilisant les technologies les plus avancées. Il travaille à partir d’une matière première qui n’est plus uniquement le son, mais aussi les phénomènes psychoacoustiques. Considérant l’utilisation de modèles comme fondamentale pour l’ensemble de son approche compositionnelle, Joshua Fineberg souhaite créer une musique autonome et accessible. Rigoureusement construit, son univers sonore est coloré, dynamique et se déploie autant dans des atmosphères tumultueuses que contemplatives. Il compose ainsi pour toutes les formations, de l’instrument seul au grand orchestre, avec ou sans électronique. Citons Origins pour orchestre, création par le Netherlands Radio Symphony Orchestra lors des Gaudeamus Music Week (1992) ; Lolita, opéra imaginaire pour récitant, ensemble instrumental et électronique, création par François Beukelaers et l’Ensemble Fa sous la direction de Dominique My à la Friche la Belle de Mai à Marseille (2006) ; Objets trouvés pour sextuor, création par l’Ensemble Court-Circuit à la Maison des Pratiques Artistiques Amateurs de Paris (2009) ; Speaking in tongues pour six percussionnistes et orchestre, création par les Percussions de Strasbourg et le Boston University Symphony Orchestra sous la direction de John Page (2010) ; La quintina pour quatuor à cordes et électronique, création par le Quatuor Arditti lors du festival Ultraschall de Berlin (2013) ; L’abîme pour ensemble instrumental, créé par le Talea Ensemble au National Sawdust à New York (2016) ; Take my hand pour ensemble instrumental, deux chanteurs et électronique, création par le Dal Niente Ensemble (2017).

Professeur au département musique de la Harvard University (2000-2007), Joshua Fineberg rejoint ensuite la Boston University School of Music, où il dirige le studio de musique électronique et enseigne la composition. En 2012, il fonde le Boston University Center for New Music.

Outre son activité de compositeur et d’enseignant, Joshua Fineberg collabore activement à la recherche en psychoacoustique et au développement de logiciels de composition, d’analyse acoustique et de transformation du son. Également rédacteur invité de la Contemporary Music Review pour deux numéros consacrés à la musique spectrale (2004), il est l’éditeur de cette revue pour les États-Unis de 2003 à 2009.

Site web :
Tri par année. Les pièces les plus recentes apparaissent d'abord

Ensemble de Chambre (5 - 9 instruments)


« autant de libertés que l'esprit prend avec la nature » pour six instruments (2021)